new_Ghostbusters_LOGO_by_johnnysparks.jpgNAME : Koloss
SEX :
Male

AGE :
????

CITY
:
Nancy
COUNTRY : France

 

 

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Recommander

Recherche

Syndication

  • Flux RSS des articles

Services secrets

Mercredi 23 juillet 3 23 /07 /Juil 05:07



La Central Intelligence Agency ou CIA (« Agence centrale de renseignement »), fondée en 1947 par la National Security Act, est l'une des agences de renseignements les plus connues des États-Unis. Elle est chargée de l'acquisition du renseignement (notamment par l'espionnage) et de la plupart des opérations clandestines effectuées hors de ce pays.

Présentation:
Le quartier général de la CIA est actuellement et depuis 1961 sur le site de Langley, dans la ville de McLean en Virginie, aux États-Unis, à environ 40 km de Washington. Auparavant elle occupait des bâtiments délabrés connus sous le nom de Foggy Bottom, situés 2430 E Street à Washington DC. Elle a le droit de garder secrètes la plupart de ses caractéristiques : nombre d'employés, organigramme, budget, etc. On estime qu'elle emploierait environ 16 000 personnes rien qu'à son quartier général de Langley, et environ 100 000 au total dans le monde entier. Ses budgets successifs ne sont généralement pas connus. Actuellement il serait de 3 à 5 milliards de dollars selon les estimations. Le chiffre de 28 milliards est souvent cité car révélé en 1987 mais il s'agit du budget de toute l'Intelligence Community, dont la part de la CIA à l'époque n'était que d'un milliard.

Organisation:
-La CIA s'organise en quatre directions principales :
    * la National Clandestine Service remplaçant depuis 2005 la direction des opérations, qui est responsable de la collecte du renseignement et de la conduite d'opérations clandestines. Cette direction est également responsable du recrutement, de la formation et du suivi des agents de renseignements en poste à l’étranger.
    * la direction du renseignement, qui constitue la branche analyse de la CIA et qui est responsable de l’exploitation et de la diffusion du renseignement.
    * la direction scientifique et technologique, qui a pour mission de concevoir de nouvelles technologies pour l’aide à la recherche du renseignement.
    * la direction de l’administration qui est responsable de tout le soutien administratif de la CIA.
Sur le terrain, le chef de station de la CIA est le plus haut responsable qui est chargé de diriger les activités de la CIA dans une capitale donnée.

Rôles:
La CIA est chargée de fournir et d'analyser des informations sur les gouvernements, les entreprises et les individus de tous les pays du monde pour le compte du gouvernement américain. Elle est également chargée des opérations clandestines mais celles-ci, bien que souvent citées, ne représentent qu'environ 3 % des dépenses de l'agence.
Législation:
Actuellement la CIA est sérieusement réglementée et surveillée par les pouvoirs exécutifs et législatifs américains, bien que ce n'ait pas été toujours le cas par le passé.
De la création de la CIA au milieu des années 1970, aucun contrôle parlementaire n'a été établi sur « l'agence » (ni sur les autres services de renseignements américains). En 1975, deux commissions d'enquête parlementaires, dites commissions Church et Pike, auront droit d'enquêter sur les activités passées des services de renseignement.
Depuis 1975, le Congrès maintient deux commissions chargées de superviser les activités des services de renseignements américains, l'une, le SSCI (Senate Select Committee on Intelligence) dépendant du Sénat, l'autre, le HPSCI (House Permanent Select Committee on Intelligence), constituée par des membres de la chambre des représentants. Depuis cette époque, l'exécutif américain a établi un certain nombre de lois restreignant notamment les possibilités de mener des opérations clandestines, notamment par des Executive Orders émis par les présidents Gerald Ford (Executive Order 11 905), Jimmy Carter (E.O. 12 036) et Ronald Reagan (E.O. 12 333). La CIA n'a actuellement pas le droit de mener des actions sur le territoire des États-Unis, de mener des opérations clandestines sans en informer préalablement les commissions parlementaires, et, sauf ordre spécial du président des États-Unis, de mener ou contribuer à un assassinat.

Origine:
L'agence est la descendante de l'OSS, dissous en octobre 1945 ; William Donovan, son créateur, propose alors à Harry Truman la création d'une nouvelle agence directement sous l'autorité du président. En dépit de l'opposition des militaires, du Département d'État et du FBI, le président met en place le Central Intelligence Group en janvier 1946. En 1947, il est transformé en CIA. La NSA sera créée peu de temps après en 1952.
En 1949, la CIA obtient l'autorisation d'utiliser des procédures fiscales et administratives confidentielles et devient exemptée des limitations habituelles dans l'utilisation du budget fédéral. Elle obtient aussi l'autorisation de dissimuler son organisation, ses fonctions, sa hiérarchie, ses salariés et la taille de son personnel.

Début de la guerre froide et création de la CIA:
La CIA a été créée à cause de la montée de la guerre froide, ce qui explique qu'à l'origine toute l'action de l'« agence » (aussi bien le renseignement que les opérations clandestines) est initialement dirigée contre l'Union soviétique et le bloc communiste, considérés comme le principal adversary (principal adversaire) des États-Unis. La CIA est donc le principal élément de la politique du containment (endiguement) du communisme édictée par Harry Truman agissant au-delà du rideau de fer. Les actions de la CIA au départ concernent surtout l'Europe, considérée comme le futur champ de bataille de la troisième guerre mondiale. La CIA s'aide notamment (comme tous les services secrets en fait) d'anciens nazis comme le général Reinhard Gehlen, y compris des criminels de guerre qui échappent ainsi aux poursuites judiciaires ; de véritables réseaux dits ratline sont formés pour les faire fuir (à noter que les services anglais, français et soviétiques ont fait de même, mais qu'ils n'ont jamais révélé leurs secrets contrairement à la CIA)[réf. nécessaire]. Les actions de la CIA reprennent souvent les tactiques de l'OSS pendant la Seconde Guerre mondiale, comme la propagande et des liens avec des groupes de résistants. Le fait que la guerre avec l'URSS semble inévitable au début de la guerre froide fait que la CIA s'intéresse plus aux opérations qu'aux renseignements. Les actions de la CIA contre le communisme sont de plusieurs types :
    * les infiltrations d'agents pour animer des maquis anticommunistes dans les pays est-européens. Parmi les groupes soutenus figurent la résistance albanaise à Enver Hoxha qui fut décimée lors d'une tentative de renversement du pouvoir en avril-mai 1950 (sur 500 Albanais envoyés, on estime que 300 furent tués et une vingtaine faits prisonniers et exécutés par la suite), l'UPA ukrainienne et des groupes werwolf allemands (avec lesquels l'organisation de Reinhard Gehlen sert de lien). Ces opérations échoueront généralement, pour deux raisons : le fait qu'au moins une taupe des services soviétiques, le célèbre Kim Philby, était informée de ces opérations, dont les renseignements permirent souvent aux militaires communistes de neutraliser ces agents dès leur arrivée; mais aussi la mauvaise évaluation de la situation dans ces pays, qui prive généralement les maquis du soutien attendu de la part des populations locales. Ces maquis seront généralement anéantis à la fin des années 1940 ou au début des années 1950.
    * la constitution (en collaboration avec l'OTAN) de cellules « stay-behind » (littéralement : « laissés derrière »), c'est-à-dire de réseaux de résistance en Europe de l'ouest, devant être activées en cas d'occupation soviétique. La plupart des pays de l'Ouest en auront une; l'existence de ces réseaux sera rendue publique dans les années 1970. Le plus célèbre est le Gladio italien (en liaison avec la loge maçonnique P2), révélé dans les années 1980, qui regroupait des personnes proches de l'extrême-droite italienne. En 1952, l'United States Army ajoute une nouvelle composante indépendante de la CIA en créant les Special Forces ou « bérets verts », force spéciale destinée à agir dans les lignes ennemies et à encadrer des maquis qui se formeraient en temps de guerre.
    * la propagande anticommuniste vers les pays est-européens, notamment par les stations de radio Radio Liberty, lancée en 1948, et Radio Free Europe à partir de 1950, et dans une moindre mesure par l'USIA (US Information Agency) créée en 1953.
    * la lutte contre les partis communistes ouest-européens, notamment en France (financement du syndicat non communiste Force ouvrière) et en Italie : 75 millions de dollars furent utilisés pour le financement de la Démocratie chrétienne, pour la propagande et l'aide logistique avant les élections d'avril 1948, qui donnèrent aux chrétiens-démocrates 48,5% des voix et rendirent le Parti communiste italien financé par le Parti communiste soviétique minoritaire.
    * la constitution de réseaux de renseignement dans les territoires communistes, initialement pour connaître les plans militaires soviétiques d'une invasion de l'Europe. Les Américains sont là aussi largement aidés par les Allemands avec la collaboration de la Gehlen Org, réseau de renseignements du général Reinhard Gehlen qui deviendra plus tard les services de renseignements de la RFA.

Espionnage et coups d'État:
Après les premières années de la Guerre froide, les États-Unis et l'Union soviétique comprennent que du fait de la dissuasion nucléaire la guerre a peu de chance d'éclater. Dès lors les affrontements changent et s'étendent partout dans le monde. De son coté, la CIA a compris que le bloc soviétique est bien trop solide pour espérer le voir s'effondrer par ses opérations clandestines comme la tentative du coup d'état en Albanie. La CIA commence à opérer hors d'Europe, en Asie-Pacifique notamment à partir de la guerre de Corée, mais ses actions en Corée du Nord sont généralement décevantes, ce qui motive la création par l'US Army des Special Forces en 1952. Parallèlement, dans le bloc soviétique, les opérations paramilitaires sont abandonnées et la collecte du renseignement s'intensifie et se diversifie : renseignements militaires, politiques, scientifiques… C'est ainsi que (pour ne citer que les cas les plus célèbres) au milieu des années 1950 des agents de la CIA creusèrent un tunnel à partir de Berlin-Ouest pour atteindre des câbles souterrains de communications militaires soviétiques sous Berlin-Est et les mettre sur écoute, et qu'est développé l'avion espion U-2 suivit du célébre trisonique SR-71 dont la dernière mission pour la CIA intervint en juin 1968. Mais en URSS, bon nombre de tentatives de renseignement, en particulier des défections, sont bloquées par James Jesus Angleton, le chef du contre-espionnage de la CIA qui est persuadé de l'infiltration de ses services par le KGB. Bien que la priorité de la CIA, dès sa création en 1947, soit le Bloc communiste, durant plusieurs années, l'Agence ne put y envoyer ses officiers sous couverture diplomatique, se heurtant aux objections du Département d'État américain.
Il faudra attendre 1953 pour que le premier officier de la CIA arrive en poste a Moscou. Ce sera Edward Ellis Smith, qui devait normalement traiter Piotr Popov, un officier du GRU recruté en Autriche. Mauvais départ : Smith sera compromis par le KGB, en lui jetant dans les bras une séduisante femme de chambre, et il sera rappelé d'urgence en 1956.
Les États-Unis et l'URSS vont rapidement se lancer dans une nouvelle rivalité : installer des gouvernements alliés dans un maximum de pays. C'est là que la CIA va mener la plupart de ses actions dans les décennies suivantes, en renversant des pouvoirs considérés comme hostiles.
    * Opération TP/AJAX : renversement du gouvernement de Mossadegh en Iran en 1954 et le retour du Shah Mohammad Reza Pahlavi.
    * OpérationPB/SUCCESS : renversement de Jacobo Arbenz Guzmán au Guatemala et mise en place d'une junte dirigée par Carlos Castillo Armas le 18 juin 1954. On a souvent cité le fait que Allen Dulles, alors DCI, et John Foster Dulles, secrétaire d'État du président Eisenhower, siégeaient au conseil d'administration de la United Fruit Company, dont certaines terres avaient été nationalisées sous Arbenz.
    * renversement de Patrice Lumumba au Congo par Mobutu Sese Seko fin 1960.
    * renversement du gouvernement Salvador Allende au Chili par un coup d'État, et son remplacement par Augusto Pinochet.
Également pour contrer l'influence communiste, la CIA parvient à se procurer une copie du rapport secret de Nikita Khrouchtchev dénonçant les crimes de Staline au XXe congrès du PCUS, qui est publiée dans le New York Times le 16 mars 1956 (le discours de Khrouchtchev a eu lieu le 25 février).
Mais la CIA va échouer sur ses tentatives de renversement de Castro à Cuba, notamment avec le retentissant échec du débarquement de la Baie des Cochons le 16 avril 1961, puis plusieurs tentatives d'assassinat du dirigeant cubain (voir opération Mongoose). À la suite de ces échecs, Allen Dulles, son DDCI Charles Cabell et le DD-P Richard Bissell sont contraints, par le président John Fitzgerald Kennedy, de démissionner. Celui-ci cherche à reprendre le contrôle de la CIA, devenue un « État dans l'État » en nommant des dirigeants qui lui sont fidèles. Kennedy sera assassiné à Dallas le 22 novembre 1963, et certains partisans de la théorie du complot soupçonnent l'implication d'agents et/ou ex-agents de la CIA dans ce meurtre (voir les pages assassinat de John F. Kennedy et théories dans l'assassinat de Kennedy).
Face à la difficulté d'infiltrer des agents dans les régimes communistes qui sont généralement des états policiers et les limites des reconnaissances aériennes, le renseignement d'origine électromagnétique sera très utilisé par l'Agence en collaboration avec les autres services comme la National Security Agency.

 L'après-guerre froide:
Nouvelles missions:
Mikhaïl Gorbatchev avait déclaré peu après la chute de l'URSS : « J'ai fait la pire chose qui pouvait arriver aux États-Unis : je leur ai enlevé leur meilleur ennemi ». Cette remarque s'applique particulièrement à la CIA, dont la structure avait été créée pour lutter contre le communisme et l'URSS. À partir de la fin des années 1980 et de la direction de Robert Gates, la CIA cherche à s'adapter à la nouvelle situation mondiale et aux nouveaux problèmes qui menacent les États-Unis telle la guerre économique. Toutefois elle a eu tendance à adopter un comportement bureaucratique et à manquer d'efficacité. La CIA a ainsi été très critiquée aux États-Unis pour son absence de prévision du 11 septembre 2001. Depuis, l'Islam fondamentaliste est le nouvel ennemi prioritaire de la CIA dans le cadre de la guerre contre le terrorisme.

Prisons secrètes:
Le journal The Washington Post révèle l'existence d'un réseau mondial de prisons secrètes géré par la CIA. Le quotidien précise que de telles prisons se trouveraient entre autres en Afghanistan et dans des pays d'Europe de l'Est ; il est aussi expliqué que ces prisons se situeraient à l'étranger en raison du caractère illégal de telles prisons aux États-Unis, les détenus n'ayant aucun statut juridique.
La CIA contrôlerait des prisons secrètes dans plusieurs pays européens, en Roumanie, au Kosovo, en Macédoine, en Bulgarie et en Ukraine.
Le président George W. Bush a reconnu le 6 septembre 2006 pour la première fois l'existence de prisons secrètes de la CIA hors du territoire américain, dans lequel il reconnaît implicitement l'usage de la torture : « La source d'information la plus importante sur les endroits où les terroristes se cachent et sur ce qu'ils préparent sont les terroristes eux-mêmes. ».

 Opérations à l'étranger:
Actions politiques:
La CIA a régulièrement influencé de façon décisive l'histoire politique des États jugés stratégiques pour les intérêts des États-Unis. Elle a soutenu de nombreux mouvements luttant contre des régimes hostiles, en favorisant le déclenchement de conflits - armés (particulièrement en Amérique latine, dans le monde arabe ou en Asie) ou non armés (Solidarność, en Pologne).
Les opérations les plus célèbres de la CIA sont :
    * Le renversement du premier ministre Mohammad Mossadegh, en Iran en 1953 via l'opération Ajax.
    * En 1954, au Guatemala, renversement du président Jacobo Arbenz, et mise en place du dictateur Carlos Castillo Armas via l'opération PBSUCCESS.
    * En 1961, dans le cadre de l'opération menée contre Fidel Castro à Cuba, entraînement des exilés cubains anti-castristes pour le débarquement de la Baie des Cochons.
    * L'opération Mongoose de 1962 à 1975 (autre opération menée contre Fidel Castro).
    * Au Laos, de 1962 à 1975, organisation d'une armée laotienne, connue sous le nom d'armée secrète.
    * Programme Phoenix durant la guerre du Vietnam.
    * Coup d'état au Cambodge le 18 mars 1970, avec l'aide du Maréchal Lon Nol, renversement du roi Norodom Sihanouk.
    * Le soutien au coup d'État du 11 septembre 1973 au Chili contre Salvador Allende, puis la participation active à l'Opération Condor.
    * En 1974, la récupération d'un sous-marin soviétique qui avait coulé près d'Hawaii (Projet Jennifer).
    * La lutte contre l'Union soviétique en Afghanistan dans les années 1980, alliée à l'Inter-Services Intelligence (services secrets pakistanais) et aux services saoudiens, formant des moudjahiddins, entre autres Oussama Ben Laden et ce qui deviendra plus tard Al-Qaida.
    * Aide à l'Iraq durant la guerre Iran-Irak.
    * L'affaire Iran-Contra, touchant l'Iran et le Nicaragua.
    * En 1989, la CIA, en coordination avec la DGSE et le Secret Intelligence Service, réussit a faire exfiltrer plusieurs centaines de dissidents politiques chinois suite à la repression des manifestations de la place Tian'anmen dans le cadre de l'opération Yellow Bird ordonné par George Bush.
    * Depuis les années 1990, elle est soupçonnée de pratiquer l'extraordinary rendition, pratique consistant à enlever une personne et à l'envoyer en secret dans un pays où la torture est pratiquée pour qu'elle y soit interrogée. L'Italie a pour la première fois engagé des poursuites en justice contre ces actions en 2005, suite à l'enlèvement d'un Égyptien à Milan.

Effectifs, recrutement et formation:
Forte de 17 000 employés, la CIA dispose d'un budget annuel estimé à 3,1 milliards de dollars.
Après avoir subi une forte baisse des effectifs concernant les agents « sur le terrain » depuis la fin de la guerre froide au profit du renseignement électronique et de la sous-traitance par d'autres services américaines (la NSA notamment) et alliés, les événements du 11 septembre 2001 ont fait prendre conscience des lacunes des services de renseignement américains, qui s'efforcent depuis de les combler.
En 2003, la plus importante promotion de nouveaux agents de la CIA depuis 50 ans est arrivée. Elle est composé à 70 % de civils n'ayant jamais travaillé pour le gouvernement et d'un tiers de femmes, 12 % des recrutés sont issus de minorités ethniques et presque tous pratiquent avec aisance une langue étrangère.
Formés durant un an au centre d'entraînement de la CIA à camp Peary près de Williamsburg baptisé « La Ferme », ces recrues ont intégré le siège de Langley avec un salaire de départ de 45 000 à 60 000 dollars. Il existe un autre centre de formation aux actions clandestines situé à Harvey Point près d'Elisabeth City. Ces personnes ont été choisies parmi les 300 000 CV que l'agence a reçus entre 2001 et 2002, un quart provenant de l'étranger, le plus souvent de citoyens européens. Seuls les citoyens américains peuvent postuler à la CIA.
Par Koloss - Publié dans : Services secrets
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mardi 14 mars 2 14 /03 /Mars 23:25

La NSA est un organisme méconnu du grand public. En effet, tout le monde a déjà entendu parler du FBI, de la CIA, ne serait ce que grâce à la multitude de films qui leur ont été consacrés.
Cependant peu de gens connaissent la NSA. Qui se cache derrière ces trois lettres ?

Il faut tout d'abord savoir que ce n'est pas une organisation dite "secrète". C'est un organisme officiel. Vous pouvez même aller sur leur site officiel www.nsa.gov , mais ne vous attendez pas à y voir les mêmes informations que sur notre site !

Le siège de l'agence se situe a Fort Mead, près de Washington. On dit qu'elle emploie entre 20.000 et 100.000 personnes dans le monde (oui je sais la fourchette est large, mais c'est bien représentatif du secret qui entoure l'organisme). Elle dispose d'un budget supérieur à ses consoeurs, CIA et FBI (on parle de 50 milliards de francs). Au siège de Fort Meade il y a des cinémas, théâtres, restaurants, tennis ... et il est fortement conseillé de se marier avec un employé de la maison.

La paranoia va jusqu'au choix de l'en-tête de leur papier à lettre, qui est régulièrement modifié pour éviter toute contrefaçon.

 

La NSA et la cryptologie :

L'activité "officielle" de cet organisme est la cryptologie. C'est d'ailleurs la seule activité qui ressort de la lecture de leur site. Ils emploient les meilleurs cryptanalystes du monde et disposent d'ordinateurs terriblement puissants capables de "casser" n'importe quel codage.

Cette activité est motivée par la lutte anti-terroriste ... ce qui est louable, mais n'y a-t-il pas d'abus ?

Ainsi de nombreuses entreprises dont Microsoft , Motorola, Netscape, ... auraient inséré dans les sources de leurs programmes une backdoor qui permettrait à la NSA d'espionner tout utilisateur.

"Je suis persuadé que Microsoft comprend le lien crucial qui existe entre notre sécurité nationale et la prosperité de notre pays." William Cohen - Secrétaire américain à la Défense.

 

La NSA et le réseau " échellon " :

Afin de lutter contre le terrorisme la NSA dispose de nombreux moyens d'interception des communications.

Les systèmes d'écoute de Menwith sont surement les plus connus ...

Elle dispose de plusieurs dizaines de stations d'écoute des communications téléphoniques en Angleterre, Nouvelle Zélande, Japon, Australie, ...

Elle dispose aussi des sattelites (Mercury, Mentor, Trompet) qui "filtrent" toutes les communications radioélectriques (radio, télévision, mais aussi stations relais des téléphones mobiles, micro-ondes, ...).

Quand les cables n'étaient encore qu'analogiques, la NSA aurait eu un robot sous-marin à - 5000 m qui posait des bretelles sur les lignes sous-marines, et qui reémettait vers une station au sol, en Grande Bretagne.

Les fibres optiques seraient actuellement espionnées grâce à un procédé tenu secret.

Enfin on peut soupçonner une collaboration étroite avec les compagnies de téléphone. Durant les années 1950/60, la NSA - dont personne ne soupçonnait alors l'existence - avait demandé aux compagnies de télégraphie de l'époque de lui remettre une copie de chaque communication qui entrait ou sortait des Etats Unis.
Le nouveau réseau mondial de téléphonie mobile, Iridium, doit être d'ores et déjà sous contrôle de la NSA...

Les écoutes sont effectuées sur certains "points sensibles" (ambassades, ministères). Mais ils disposent aussi de systèmes de reconnaissance vocale. Ainsi de puissants ordinateurs CRAY construits "sur mesure" permettent de reconnaître des mots clefs et/ou des voix dans certaines conversations.

Après traitement, et sélection, seules 10.000 a 15.000 communications seront vraiment exploitées chaque jour.

Leurs sattelites espions leur permettent de detecter les émissions infra-rouges et ainsi repérer les usines de production d'armes bactériologiques, chimiques, les stocks d'armes lourdes ...

Seul problème : tout cela ne leur sert que comme information. Pour l'intervention il faut ensuite mobiliser des troupes, ce qui n'est pas du ressort de cet organisme.

 

La NSA et l'intelligence économique :

En 1995, Thomson devait s'occuper de l'installation d'un dispositif radar sur toute l'Amazonie. La NSA ayant intercepté des échanges entre la France et le Brésil aurait donné le montant des "dessous de table" au Président Bill Clinton, qui serait par la suite intervenu auprès du gouvernement brésilien. Le contrat a ainsi été signé par une entreprise américaine.

Une aventure similaire est parvenue à Airbus, qui a vu s'échapper un gros contrat qui se chiffrait en centaines de milliards au profit de Boeing.

 

La NSA se découvre petit à petit :

Aujourd'hui de nombreuses personnes se mobilisent contre cette organisation et réclament plus de transparence (même les sénateurs américains se posent la question de la consitutionnalité d'un système tel que Echelon !).

Un, Jam echellon day a même été organisé. Cette journée d'action, fin septembre 1999, avait pour but de "noyer" les ordinateurs de la NSA en envoyant des tonnes de mail avec certains mot-clefs. En effet, chaque E Mail contenant des mots tels que "bombe", "tuer", "Président", ... est intercepté par les ordinateurs.

Pour Duncan Campbell, journaliste et militant écossais à l'origine du premier scoop en 1988 comme du dernier rapport de 99, a affirmé le contraire : "The repeated transmission of strings of hypothetical key words will certainly come to the attention of NSA ..., but is unlikely to affect or degrade their spying capabilities. They are skilled in information warfare; their tools are designed to separate signals from noise. Advertised attacks such as the "jam Echelon" string can be recognised as noise and, thus, not processed."

Ainsi, le réseau Echelon pourrait faire la différence et ne pas s'occuper des "bruits" parasites.

Les meilleurs spécialistes dans chaque discipline (informatique, communications, cryptologie, ...), des ordinateurs avec une Intelligence Artificielle très développée, des satellites espions, des systèmes d'écoute planétaire, des moyens énormes, ... qui arrêtera la NSA ?

Dernièrement plusieurs voix se sont élevées pour dénoncer "une gigantesque campagne de désinformation de la part de la NSA". En effet, cette organisation pourrait très bien avoir des moyens très limités, mais jouer sur l'imaginaire collectif...

Par Koloss - Publié dans : Services secrets
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus