Le Saint suaire

Publié le par Koloss

C'est dans la ville italienne de Turin que se trouve la pièce d'étoffe la plus célèbre du monde: le saint suaire. Cette pièce de lin longue de 4 m (13 pi) et large d'environ 1 m (3.2 pi) aurait, selon des millions de chrétiens, servi à ensevelir le Christ après sa mort.


DES EMPREINTES CORPORELLES


À l'oeil nu, sur le tissu, on peut en effet distinguer, quoique difficilement, une double empreinte corporelle représentant un homme de face et de dos. Sur un négatif de pellicule photographique, les contrastes deviennent plus clairs et les contours, plus nets. La position de ces empreintes suggère qu'un corps aurait été enveloppé à l'intérieur du linceul.

Une analyse visuelle sommaire du corps imprimé sur le suaire révèle un homme mesurant environ 1.80 m (5 pi 4 po) et portant la barbe et les cheveux longs. Des traces de blessures aux pieds, aux bras et aux côtes rappellent les blessures qu'aurait subies une personne crucifiée. De plus, la tête semble fortement meurtrie, comme si un objet tranchant l'avait entaillée. Plusieurs voient là les traces de la fameuse couronne d'épines. Ces corrélations entre l'aspect supposé de Jésus à sa mort et l'aspect de l'homme du suaire ont permis de penser que l'image du linceul était celle de Jésus.


LA RÉPONSE AU MYSTÈRE


Mais est-ce vraiment le cas, et depuis quand le suppose-t-on ? En fait, les premières mentions du célèbre linceul remontent à l'an 1356, où il fut exposé pour la première fois aux yeux du grand public. Nombre de fidèles ont aussitôt cru que l'empreinte laissée sur le suaire représentait l'aura qu'aurait émise Jésus lors de sa résurrection. Depuis, de nombreuses questions ont été soulevées quant à l'authenticité de cette relique, et l'idée que le suaire soit un faux ne date pas d'hier: il y a 400 ans déjà, le pape Clément VII ne considérait pas le linceul comme une pièce authentique. Il se pouvait en effet que l'image soit le produit d'un faussaire, car il paraissait étrange qu'une relique de cette importance et datant censément de l'époque du Christ ne se soit pas manifestée avant le XIVe siècle.

La réponse au mystère du suaire vint finalement à la fin du XXe siècle. Grâce aux techniques modernes, on a pu établir que le linceul date d'une époque beaucoup plus récente, mettant ainsi fin aux nombreuses croyances entourant son origine. Pour expliquer comment ce faux a pu être réalisé, deux théories prévalent. Selon l'une, l'empreinte serait tout simplement une peinture datant du XIVe siècle. L'autre suggère plutôt qu'une statue en pierre de Jésus fut fortement chauffée, puis placée à l'intérieur du linceul, laissant alors des traces sur le tissu.


C'est grâce à la technique de datation au carbone 14 qu'on a récemment pu établir que le linceul provient du Moyen Âge et non de l'époque de Jésus, il y a 2000 ans. Mais cependant tout le mystere reste car tout ceci n'est que supputation et certains disent meme que le carbonne 14 n'est pas si fiable que cela !

Publié dans Mystères

Commenter cet article